La location d’une maison d’hôte à Marrakech, c’est avec la terrasse des oliviers.

La location d’une maison d’hôte à Marrakech, c’est avec la terrasse des oliviers.

alili

Grâce à ce riad qui vous propose un vaste choix pour la location d’une maison d’hôte à Marrakech, vous connaîtrez le calme, la sérénité et le plaisir d’être en vacance.

Le charme du décore, la qualité et la diversité des services proposés, le rapport qualité prix favorable vous assureront le plus grand confort lors de votre séjour dans ce  riad de charme Marrakech http://www.riadalili.com/reservation.html. Ainsi, vous pourrez découvrir la beauté du Maroc dans ce qui lui est le plus profond…

Les riads, maisons traditionnelles reconverties

Avec une population de 30millions d’habitant pour une superficie de 710850 km², 57520 km de réseau routier, plus de 3millions de touriste chaque année et 800000 t d’orange par an, le Maroc est un pays enchanteur à la température clémente qui compte plusieurs villes touristiques. Situé sur le coté septentrional ouest du berceau de la vie, le pays affiche un relief montagne et est bordé par une façade méditerranéenne de 500 km adossée à la chaîne du Rif au nord, par l’atlantique du côté est sur 2900 km, par le Sahara au Sud et, pour finir, par l’Atlas dont le centre fait plus de 4000 m.

Le pays, qui a connu plusieurs civilisations au fils du temps, des berbères aux carthaginois en passant par les phéniciens, les vandales, les romains et d’autres encore, n’a pas toujours eu une totale et absolue indépendance. Une monarchie constitutionnelle régit le pays avec à la tête de cette organisation politique, le roi Mohamed VI, descendant du prophète et chef religieux des croyants qui accède à cette fonction en 1999.

L’habitation traditionnelle des anciennes villes marocaines est le riad, qui signifie jardin. C’est ainsi que ces demeures célestes, souvent closes sur l’extérieur, sont la conjonction d’un jardin et d’une maison et s’organise autour d’un patio central avec, pour certain, un assortiment d’arbres, d’arbuste et une fontaine centrale vestige d’une civilisation andalouse. Avec le temps, ces demeures sont devenues l’apanage des familles aisées, puissantes ou importantes.

Mais, l’entretient étant difficile et onéreux, elles ont été délaissés au profit des quartiers résidentiels qui offraient plus d’attrait et ont failli disparaître du paysage. Ce n’est que depuis 1990 qu’elles sont revenues dans les grâces des acteurs économiques, d’abord occidentaux puis autochtones, pour être transformées en maison d’hôte ou en restaurant. Même s’ils ont une base similaire, les riads ont souvent une décoration différente d’une ville à l’autre. C’est ainsi que l’on verra comme spécificité le zellige (qui est un assemblage de mosaïque présent sur le sol et les murs) à Fez, et le tadlakt (présent dans les salles de bains et sur les murs) à Marrakech.
Dans l’absolue, le chef-d’œuvre architectural et décoratif que constituent ces riads est un ravissement pour leurs pensionnaires.

Les commentaires sont clos.