Avec France Atlas, oubliez qu’investir dans l’immobilier à Marrakech est source d’endettement ou de dépenses outrancières.

Avec France Atlas, oubliez qu’investir dans l’immobilier à Marrakech est source d’endettement ou de dépenses outrancières.

Un chez-soi exceptionnel et à un prix exceptionnel n’est pas incontestablement un luxe.

A condition de choisir Atlas France qui vous aidera pour tous vos besoin dans le domaine immobilier à Marrakech par des villas, maisons et appartements resplendissants . Vous n’aurez pas de regrets car comme beaucoup le savent déjà, le Maroc regorge d’une architecture qui séduit tant les autochtones que les exotiques depuis des siècles.

L’architecture marocaine

L’architecture traditionnelle urbaine au Maroc se trouve pour l’essentiel dans les médinas des villes historiques. Les formes de même que les organisations spatiales que l’on y rencontre sont le résultat du croisement d’influences venant d’Orient et d’Afrique subsaharienne. Ce métissage a donné lieu à un urbanisme séculaire dans lequel la superficie est répartie entre l’habitat, les équipements collectifs et la structure de voirie. La médina est habituellement entourée d’une muraille, à l’intérieur de laquelle se développe un urbanisme particulier et hiérarchisé situé autour d’un noyau urbain. Dans ce noyau, on rencontre les établissements religieux avec leurs places, contigus aux quartiers destinés au commerce et à l’artisanat.

Ensuite, viennent les quartiers résidentiels, puis, entre ceux-ci et la muraille, les zones aménagées en espaces verts. Dans ces quartiers, les ruelles étroites et sinueuses convergent vers d’autres voies, plus importantes et principales, qui se dirigent vers les portes d’accès à la médina situées dans la muraille.

Les maisons sont fermées sur la rue et ouvertes sur leurs jardins ou cours intérieures, garantissant le respect intégral de l’intimité de la vie familiale. L’accès des terrasses était traditionnellement réservé aux femmes. Les riads et les maisons traditionnelles sont constituées de pièces organisées symétriquement autour du wast ed dar. Dans les axes des façades galeries de colonnes ou d’arcades, portes, b’hou ou sekaïa. Dans les pièces : fenêtres encadrant les portes et alcôves latérales.

Les espaces de service (cuisine, salles d’eau, circulations) occupent de préférence les angles. Un certain nomadisme existait dans l’usage traditionnel des maisons en fonction des saisons Les escaliers tournent sur eux-mêmes en s’appuyant sur des maçonneries. Habituellement, les constructions ne dépassent pas le niveau R+1.

Les commentaires sont clos.